Interview Alchimie.paris X la photographe Alizée GAU

In Les photographes
Scroll this

 Découvrez Alizée Gau, et sa vision de la photographie vivante !

Alizée CHAU et ALchimie.paris

Alchimie.paris : Peux-tu nous raconter qui tu es, ainsi que ton parcours ?

Alizée GAU : J’ai vingt-quatre ans et j’ai commencé la photographie il y a bientôt trois ans. J’ai commencé par la photographie de rue pendant que je vivais à Madrid : là-bas, la vie se fait en extérieur, et les sujets photographiques courent littéralement la rue !
L’année suivante, alors que je prenais des photos sur un marché parisien, j’ai eu la chance de rencontrer par hasard deux photographes professionnels qui ont du s’amuser de mes aires de débutante passionnée et qui ont entrepris de me donner quelques tuyaux. Je leur dois beaucoup. L’un est photographe à Harcourt, l’autre au Magasin Art Déco, et tous deux m’ont aidé à affuter mon regard. Pendant un an, j’ai fait beaucoup de portraits. J’ai alors découvert avec étonnement – et fascination – cette relation particulière qui se crée entre le photographe et son modèle, l’art de mettre en confiance, de diriger quand il le faut, puis de guider et de saisir au bon moment le petit instant où l’autre nous livre son secret. Quand quelqu’un qui ne se pensait pas photogénique découvre avec surprise son image, c’est un merveilleux cadeau.
J’ai voulu creuser cette dimension presque « sociale » de la photographie : l’année suivante, je me suis intéressée au photoreportage. Grâce à une amie psychomotricienne, j’ai pu m’introduire dans une maison de retraite et suivre le quotidien de personnes âgées dans cet établissement. Par cette démarche, je voulais montrer à ces personnes qu’elles étaient dignes d’intérêt. Puis j’ai eu la formidable opportunité de faire un reportage sur les travailleurs en réinsertion à Emmaüs, la Friperie Solidaire : ces gens étaient ravis de me faire découvrir les coulisses de leur travail. Je voulais mettre en valeur le professionnalisme et la créativité que ces personnes mettaient dans leur travail. Les photos ont été exposées lors d’un défilé de la Friperie : c’était très drôle, et un peu émouvant, de voir ces personnes face à face à leur propre portrait le jour de l’exposition.
Je voudrais par la suite développer cet aspect-là de la photo, qui permet de valoriser les personnes et de changer le regard qu’elles portent sur elles-mêmes.

 2 Alizée CHAU et ALchimie.paris 3 Alizée CHAU et ALchimie.paris

Alchimie.paris : Quel est ton style ?

Alizée GAU : Mon style va certainement encore évoluer. Pour l’instant, je dirais qu’il se résume à de la fraîcheur, un soupçon de poésie et un brin d’énergie, avec toujours en toile de fond le désir de raconter une histoire.

5 Alizée CHAU et ALchimie.paris7 5 Alizée CHAU et ALchimie.paris

Alchimie.paris : Comment tes origines influencent ton travail ?

Alizée GAU : Mes origines sont assez difficiles à définir, car j’ai vécu jusqu’à dix ans sur un voilier, donc dans divers régions et océans du monde ! Cela influence peut-être mon travail dans la mesure où j’ai gradé un regard assez vif et curieux, et le désir de continuer à voyager sur place à travers la photo, qui permet de se sentir comme un touriste dans les situations les plus ordinaires.

64

Suivez le travail de cette talenteuse photographe sur son site, ou contactez la sur FACEBOOK.

 

Submit a comment