Une nouvelle histoire partie 2 : Et le chien dans tout ça ?

In Illustrations, Lifestyle
Scroll this

Une nouvelle histoire partie 2 : Et le chien dans tout ça ? blog alchimie.paris illustrations chien

La question du chien, le club des moins de trente millions d’amis

Si il y a bien quelque chose de récurrents dans mes histoires d’amour, c’est l’éternelle question du chien ! Oui, moi qui pensait que ce n’était qu’un petit détail, après tout, qui ne voudrait pas d’un chien ? Et la réponse est arrivée d’elle même, tout ceux qui n’ont jamais grandi avec des animaux ! En ce qui concerne les autres, rien de plus simple, une promenade, un câlin et hop, le tour est joué. Mais le club des des moins de trente millions d’amis c’est une autre histoire ! Malgré les airs adorables de ma chienne, rien n’y fait, ils ne se laissent pas séduire. Alors que je défends tant bien que mal mes arguments « Non, mais c’est la vie un chien, c’est comme un bébé » ! La corde sensible ne bouge pas d’un iota, pire elle part dans le mauvais sens « Non, mais Delphine, tu peux pas comparer un être humain avec un chien, ça n’a rien à voir ! ». Depuis le temps, je me demande presque comment on peut vivre, enfin avoir une vie excitante sans chien… Non mais c’est vrai, pour ceux qui ne connaissent pas la chose, avoir un chien c’est presque comme ne jamais être seul.

Je me souviens d’ailleurs d’une anecdote qui remonte à il y a dix ans. Avec Queency nous étions en vacances dans le sud, chez une cousine éloignée à Carcassonne. Après une semaine de baignades à la piscine, d’apéros devant le couché de soleil, de parties de ping-pong et de beaucoup de temps à ne rien faire, il était temps de rentrer. Après des adieux, ma cousine me dépose sur le quais de la gare puis le train arrive et je monte dedans. Je devais rejoindre une autre gare, pour ensuite prendre un second train qui devait me ramener à Paris. Après 45mn dans le train, ter, enfin train de campagne, je sors et je rejoins le second quais. Je devais attendre juste une petite heure avant de monter dans le train. Alors avec Queency et ma grosse valide qui pesait une tonne, je suis allée chercher quelques magazines à lire. C’est à ce moment là que j’entends le Ding-Ding-Dong de la SCNF, qui t’annonce généralement une mauvaise nouvelle. « Le train numéro 18764 à destination de Paris est annulé » Mon regard a fusé sur le tableau pour vérifier que c’était une blague. Mais non, le train était belle et bien annulé et je me trouvais au milieu de nulle part, avec mon chien et ma grosse valise. Zen, je vais voir le guichet « Oui, bonjour, le train est annulé et je voudrais prendre le suivant », « Oui, c’est celui de 23h, qui arrive à Paris à 6h du matin. C’est un train de nuit, mais sans couchette », « Attendez, mais c’est dans 5h !!! », « Oui, mais c’est le seul train ».

Je me retrouvais à 20 ans, seule avec mon chien dans une gare d’une ville que je ne connaissait pas.

Tout d’un coup la situation me paraissait nettement plus inquiétante. En plus, il y a toujours des gens qui ont l’air louche dans les gares, vous savez, ces hommes aux allures un peu flippantes qui vous regardent mais ne bougent pas de leur siège. Après c’est peut être moi qui est un peu parano, mais c’est hyper stressant de se sentir observé. Plutôt que d’attendre dans cette gare bien sombre, je suis sortie et je me suis posée en terrasse. Mon téléphone était déchargé je ne pouvais donc même pas appeler mes amis pour me plaindre de la situation. Finalement, j’ai commandé des cafés et j’ai regardé Queency dans les yeux pendant un moment. Elle a fini par venir se blottir près de moi et on est resté longtemps, elle sur mes genoux, à la terrasse de ce café dans cette ville déserte. C’était tellement agréable. Elle et moi, et ce sentiment d’être perdu. D’être juste ensemble.

Alors comment expliquer ça à quelqu’un qui n’a jamais vécu de tels moments avec un animal ?

XXX

Enregistrer

Laisser un commentaire